Le MUSÉE VIRTUEL Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero est un projet de la Ecospirituality Foundation Benin et soutenu par la Ecospirituality Foundation Onlus.

Voici quelques témoignages receuillis 

Sa Majesté Agon Mètonou, Roi de Dangbo

C’est pour moi un grand privilège de rendre un hommage mérité à Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero pour ce qu’ils ont fait et continue de faire pour notre planète.

Quand je pense à Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero, je vois renaître un immense espoir pour cette Terre qui nous abrite et pour tous ces composants.

Grâce à leur leadership, leur humanisme, leur grandeur d’âme et leur sens de responsabilité, les terriens que nous sommes avons eu droit à l’écospiritualité.

Un concept qui a mon avis contribue grandement à la résolution des problèmes que nous connaissons.

Un MUSEE VIRTUEL dédié à leur œuvre ?

Oui, le MUSEE VIRTUEL Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero vient à point nommé. 

Pour moi, c’est le témoignage, la consécration, la gratitude à toute une vie dédiée aux autres.

Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero ont donné de leur vie afin que notre planète vive. Et c’est ce que j’appelle : le don de soi.

Le MUSEE VIRTUEL Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero est aussi une belle opportunité en ce sens qu’il permet à la jeunesse d’agir en urgence afin de sauver notre planète en dégradation. Comme j’ai coutume de le dire : « Notre maison Terre brule et nous regardons ailleurs ». Dès aujourd’hui, la jeunesse ne regardera plus ailleurs, elle agira.

J’ai eu le privilège de lire le livre intitulé : ‘’LES PEUPLES NATURELS ET L’ECOSPIRITUALITE‘’ ainsi que le livre : ‘’NOUS SOMMES TOUS FILS DE LA TERRE MERE, l’écospiritualité et la relation avec les animaux‘’ dont les auteurs sont Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero.

Ce sont des ouvrages que j’ai lus avec beaucoup d’attention et dont les contenus ont interpellé ma conscience.

Je pense qu’il est temps que le monde entier exprime sa reconnaissance à Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero et que leur œuvre soit perpétué de génération en génération. 

En ce qui me concerne, j’ai pris ma part de responsabilité parce que je suis devenu l’ambassadeur de l’écospiritualité auprès de mes paires ici au Bénin. Et je porte la parole de l’écospiritualité à l’endroit des visiteurs de mon palais.

Enfin, je voudrais remercier et encourager les initiateurs du MUSEE VIRTUEL Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nettero

Plein succès à cette belle initiative.

Hommage de l’Aumônier Ouest Africain de l’écospiritualité à Giancarlo Barbadoro, un an après sa disparition

Comme l’a dit Alphonse de Lamartine, poète et romancier français : “Un seul être vous manque et tout est dépeuplé”.

Voici en quelques mots mon hommage à un grand homme : le frère Giancarlo Barbadoro, celui qui était et restera toujours mon ami, mon frère, mon père et mon guide.

Il y a maintenant un an que vous n’êtes plus près de nous physiquement.

Cela me parait une éternité, tellement vous me manquez. Chaque jour, je pense à vous. Chaque jour je pleure votre absence. La souffrance est tellement présente en moi.

Parfois, j’oublie que vous êtes partie et je me sens un peu serein. Dans ces moment-là, j’ai l’impression que la vie s’est arrêtée il y a maintenant un an. J’ai le sentiment que vous êtes toujours là et je pourrai vous téléphonez, échangez un message WhatsApp avec vous où vous envoyez un mail comme on avait l’habitude de le faire. 

Toutefois après ces brefs instants d’illusions, la dure réalité me frappe en plein visage et mon cœur éclate, laissant la douleur s’emparer de tout mon être.

Malgré tout cela, une seule chose me donne du réconfort. Et c’est ce que j’ai accompli ensemble avec vous, la sœur Rosalba Nattero et tous les autres membres de la mission de l’écospiritualité.

Grâce à l’écospiritualité, vous avez impacté et transformez la vie de millions de personnes à travers le monde.

Grâce à votre leadership, la graine de l’écospiritualité a été planté en Afrique et comme à germer déjà. Et pour tout cela, je tiens à vous exprimer ma profonde gratitude.

En guise de remerciement cher frère et ami Giancarlo Barbadoro, il me plaît de rappeler ici un extrait du livre : “NOUS SOMMES TOUS FILS DE LA TERRE MERE, l’écospiritualité et la relation avec les animaux” dont vous êtes co-auteur avec la sœur Rosalba Nattero.

En voici l’extrait : « … On se souviendra un jour de la condition de vie actuelle des animaux comme de la plus grande honte de l’histoire. Un jour les abattoirs deviendront le symbole de la plus grande bataille de civilisation accomplie par les êtres humains.

La protection des animaux et la défense de leurs droits entant que personnes ne deviennent pas seulement un impératif moral par rapport à une injustice perpétrée par l’espèce humaine, mais c’est également une leçon d’amour et de liberté pour tout le monde.

Les animaux ressentent la peur, la douleur, les émotions comme les êtres humains.

Les animaux ont des sentiments et ils vivent leur socialité comme les êtres humains.

Les animaux sont dotés d’une intelligence et ils ont leurs propres cultures.

Ce sont des êtres sensibles comme les êtres humains.

Les animaux sont des personnes !

Et ils doivent être traités comme des personnes.

Pourquoi permettre l’horrible génocide qui veut célébrer une prétendue supériorité de l’espèce humaine ?

Nous sommes tous les enfants de la Terre Mère !

Nous n’accepterons pas le fait que nos semblables soient exterminés.

Nous voulons l’égalité pour nos frères les animaux non humains.

Diffusons l’idée de l’écospiritualité pour que cesse la souffrance !

Unissons-nous pour changer le monde ! »

Cet ouvrage mémorable dont vous êtes auteur avec la sœur Rosalba Nattero est un testament moral et spirituel que vous laissez aux générations actuelles et futures.

Oui, l’écospiritualité est le meilleur héritage que vous avez su nous légué. Et ensemble avec la sœur Rosalba Nattero, nous saurons le perpétuer. 

Malgré votre absence physique, je sens votre présence constante à mes côtes parce que chaque fois que le vent souffle, je sais que vous êtes là. Le conteur et poète Birago Diop a su le dire dans son livre “Leurres et lueurs” : «Les morts ne sont pas morts». 

Cher frère et ami Giancarlo Barbadoro,

J’ai écrit votre nom sur le sable,

Mais la vague l’a effacé.

J’ai gravé votre nom sur un arbre,

Mais l’écore est tombée.

J’ai incrusté votre nom dans le marbre,

Mais la pierre est cassée.

J’ai enfoui votre nom dans mon cœur,

Et le temps l’a gardé et le gardera pour toujours.

Affectueusement votre frère et ami

NB: D'autres témoignages sont en cours de publication

 .